Quelques mots de nos chers spectateurs

Le week-end dernier nous affichions complet pour les deux représentations d’Une Algérie 1830-1954 au Théâtre des Minuits. Ce furent deux merveilleuses représentations, très applaudies, nous n’avons cessé de recevoir éloges et félicitations depuis. Nous vous proposons de lire un florilège des chaleureux mots de nos gentils spectateurs.

Nous jouons encore ce week-end, venez nous voir !

Colette Bacro :

Ne manquez pas ce spectacle inouï ! Une fresque grandiose, très esthétique, sur près de deux siècles d’Histoire et d’histoires individuelles. Avec des scènes drôles, terribles, politiques, familiales, charmantes, ridicules… comme la vie, quoi ! Avec une impartialité, une finesse d’analyse, un regard humaniste sur cette épopée mal connue, en définitive. Une grande création des Minuits !

Yannick Bacro :

Une Algérie 1830 – 1954
Il y a dix ans j’avais « raté le coche » et j’étais passé à côté de ce spectacle, par ignorance, parce que je ne connaissais pas encore la troupe de dingues qui l’avait monté et joué dans leur grange de la Neuville sur Essonne. Puis j’avais un peu connu ce groupe et depuis je m’y étais attaché. Alors quand j’ai su qu’ils « remettaient le couvert » je me suis dis que je tenais chance. Dès l’ouverture des réservations j’ai harcelé le site des Minuits pour réserver MA place. 
Je l’ai vue cette Algérie des Minuits ! A l’instant !
– Parlez moi de la trame et je vous dirai qu’elle vous transporte de deux siècles en arrière jusqu’au moment de ma naissance (Eh oui !) et vous rappelle, comme il faut, quelques belles vérités.
– Parlez moi de décors , ceux-ci tiennent du génie, remplacent les artifices les plus fouillés et forcent votre imaginaire ! Si on vous dit que vous êtes dans le désert, alors vous avez les pieds dans le sable, si on vous dit que vous êtes à Alger alors vous ressentez la fraicheur de la Casbah et si soudain on décide que vous êtes à Paris ou à Versailles, inutile de discuter vous y êtes puisqu’on vous le dit et que derrière les rideaux tout est déjà en place.
– Parlez moi musique et vous aurez l’ambiance enivrante de l’orient qui guidera vos pas et donnera son rythme à des décennies d’histoire. La musique accompagne, donne le ton, joue ses rôles.
– Parlez-moi des acteurs, ils seraient nous dit on moins de dix et pourtant moi j’ai vu près de quatre-vingt-dix personnages défiler et jouer et nous montrer quatre-vingt-dix caractères et tout autant d’âmes avec dans les regards des choses bouleversantes.
– Parlez moi comédie ou bien parlez moi drame et je vous répondrai qu’on peut tout y trouver et éprouver son rire tout autant que ses larmes.
– Parlez moi de costumes, ici rien n’est caché. Quand le rideau se lève tous vous sont présentés alignés devant vous et la pièce achevée il ne vous reste à voir que quelques cintres vide.
– Parlez moi mise en scène et je reste sans voix, incapable de trouver comment vous la traduire tant elle semble parfaite la mécanique humaine.
Ne courez pas voir cette Algérie là ! Volez y au plus vite.

Jean-Pierre Larroche :

Ohé les Minuits
Bravo pour votre Algérie qui sonne particulièrement vivement en ces jours d’espoir là bas
J’ai été emballé par le dispositif scénique, une formidable machine à jouer dont vous usez avec dextérité 
Merci pour ce beau moment

 

Madeleine Lobry :

Je viens, avec mon fils et ma voisine, d’assister à votre spectacle UNE ALGÉRIE.
Vraiment c’était super. Bravo, bravo, bravo. J’ai beaucoup apprécié la trame historique bien sûr, mais aussi vos notes d’humour (dès le début) mais aussi tout au long du spectacle. C’était génial. La mise en scène remarquable. Les costumes, n’étaient bien sûr pas de Donald Cardwell, mais particulièrement soignés. Bref, c’est un spectacle formidable et une mention particulière pour la jeune musicienne qui a illustré la pièce.
Continuez à nous enchanter.

Guillaume Peschard :

Quel beau voyage cette Algérie, ces draps qui sèchent sur ces terrasses ou qui montent et descendent comme autant de voiles de bateaux de pêche et qui couvrent et découvrent les personnages à la façon des paysages algériens : merveilleux. Bravo et merci.

Il était une fois Puiseaux en 1918

Il était une fois Puiseaux en 1918

Il était une fois Puiseaux c’est terminé… un peu plus tôt que prévu, la météo n’était pas avec nous le 15 décembre !
Encore MILLE bravos aux bénévoles pour la performance du 15 décembre et pour leur bonne humeur à toute épreuve.
Merci à tous les spectateurs qui ont bravé les éléments pour venir voir ce très beau spectacle.
Merci aussi à Nathalie Linarès et Pierre Esteffe pour les photos.

On se retrouve le 14 décelbre 2019 pour Il était une fois Puiseaux… pendant la Renaissance !

La première du Prince masqué

Les-Minuits-Prince-masqué-journal

Le Prince masqué a eu beaucoup à faire ces derniers jours : lire le journal, appuyer sur une sonnette, passer la serpillière… Et tout ça devant 450 spectateurs !

La salle était comble de samedi à mardi pour les grandes premières de notre opéra pour enfants. Nous sommes très fiers de ce nouveau spectacle, et espérons qu’il vivra longtemps.

Le Prince masqué va partir vers d’autres aventures. La rumeur dit qu’il est désormais accompagné d’une jeune sorcière astucieuse pour l’aider à résoudre ses enquêtes…

no images were found